Différents types de handicap

Selon la typologie
des déficits de l’institut
national de la statistique
et des études économiques
(INSEE), donner un éclairage
sur la diversité dont regorge
le handicap reviendrait de
façon conventionnelle en
fonction de leur origine et
des effets qu’ils entrainent
à mettre en lumière cinq
classes du handicap

1- LE HANDICAP MOTEUR

Entrainant une incapacité ou une capacité réduite à se déplacer, à changer de position, à prendre et manipuler un objet, à coordonner certains gestes, à communiquer, cette catégorie de handicap, regroupe l’ensemble des différents troubles susceptibles d’entrainer entièrement ou partiellement une perte de la motricité des membres supérieurs et/ou inférieurs tel que: les troubles ostéo-articulaires souvent d’origine traumatiques, les malformations congénitales, les atteintes motrices neurologiques (monoplégie, hémiplégie, paraplégie, traumatisme crânien etc.). Il y a aussi les sciatiques par hernies discales, les lombalgies, les dorsalgies, les cervicalgies qui sont particulièrement douloureuses.

2- LE HANDICAP SENSORIEL (VISUEL/AUDITIF)

Il regroupe les handicaps visuels et auditifs.

LE HANDICAP VISUEL: Il se manifeste par l’inexistence ou la perte, à des degrés divers de l’acuité visuelle et est causé entre autre par les affections oculaires, (héréditaires ou non), le décollement de la rétine, l’atrophie optique, etc. Ses conséquences vont de la déficience visuelle légère à la déficience modérée ou malvoyance (acuité visuelle entre 3/10 et 1/10) jusqu’à la déficience visuelle totale ou cécité, c’est à dire que l’individu n’a plus aucune perception de la lumière dans ce cas.

LE HANDICAP AUDITIF: Ce type de handicap s’exprime par l’inexistence ou la perte à des
degrés variables de l’acuité auditive dès la naissance ou au cours de la vie entrainant ainsi une
incapacité ou une capacité réduite du sujet à nouer des relations avec son environnement à
entendre, à parler et maitriser le langage.

3- LE HANDICAP INTELLECTUEL

Il est une conséquence sociale d’une déficience intellectuelle. Il est caractérisé en partie par un fonctionnement intellectuel inférieur à la moyenne. Il est aussi associé à une perturbation des fonctions mentale sur le plan de la compréhension, des connaissances et de la cognition. Il engendre à des degrés variables des perturbations cognitives (lenteur de compréhension, difficulté de mémorisation, de conceptualisation, d’abstraction, d’orientation) souvent associées à des perturbations affectives, à des troubles du comportement et de la personnalité (difficultés à communiquer, manque d’autonomies et de socialisation).

Ses causes sont multiples et peuvent être d’ordre :

• Génétique (aberration chromosomique comme la trisomie)
• Biologique (agressions pré, péri ou postnatales)
• Psychologique (carences affectives liées à l’environnement de la personne, au milieu socioculturel, aux conditions de vie, etc.

4- LE HANDICAP PSYCHIQUE

C’est une résultante des maladies mentales. On y distingue les troubles psychotiques, les troubles
névrotiques et les états limites.

• LES TROUBLES PSYCHOTIQUES se traduisent par une altération profonde de la perception de la réalité avec retentissement sur les comportements affectif et social.
• LES TROUBLES NEVROTIQUES constituent une affection profonde ou le sujet est généralement conscient du caractère pathologique de ses comportements.
Entre ces deux troubles, se situent les états limites qui regroupent des troubles du comportement (psychopathies) et les affections psychosomatiques.
Remarquons que les personnes atteintes de difficultés d’ordre psychique souffrent d’un malaise qui peut se traduire à un certain moment par des comportements déroutants pour les autres car éloignées des conduites convenues et habituelles (troubles du comportement, de l’humeur, des émotions etc.)

5- LE HANDICAP CONSECUTIF A UNE MALADIE INVALIDANTE

Il est à retenir que toutes les maladies respiratoires, digestives, parasitaires, infectieuses, pouvant occasionner un état de fatigue important et une réduction d’activité (diabète, hémophilie, sida, cancer, hyperthyroïdie etc.) peuvent entraîner des déficiences ou des contraintes plus ou moins importantes. Elles peuvent être momentanées, permanentes ou évolutives.

Les éléments susceptibles d’être la cause du handicap d’une personne sont essentiellement de deux ordres. Nous avons d’abord la catégorie des accidents. Dans cette catégorie, nous avons entre autre les accidents de la vie quotidienne, les accidents de travail, les accidents de circulation. Ensuite vient la catégorie des maladies. Elles sont d’ordre génétique lorsqu’elles sont la conséquence des anomalies chromosomiques (trisomie 21 par exemple) et d’ordre vers le plus d’autonomie possible.

Voir aussi à savoir sur le handicap